Avec le beau temps et les vacances de Pâques, les Belges sont tentés d’aller s’aérer à la côte. Et c’est bien normal. Les mesures sanitaires pèsent sur nombre de foyers, malgré les efforts des citoyens et citoyennes. C’est la raison pour laquelle la société de chemins de fer belge (SNCB) a lancé un appel, pour éviter une « ruée ». Cette dernière a demandé à la population, de choisir éventuellement une autre destination que les villes côtières à la mer.

Alors que les voyages non essentiels, à l’etranger sont toujours interdits, l’appel du soleil, de la plage a été plus fort que tout pour les citoyens belges.

D’après RTL, les trains de 7h ce matin du 1er avril étaient vides. Tandis qu’à midi, la salle d’attente et les voitures des trains étaient bondées. Il en a été de même ce mardi 30 mars. Cela avait créé quelques problèmes d’organisation. On avait pu voir un accompagnateur de train remerciant ces vacanciers pour leur patience.

Affluence dues à la deadline des pass offerts par la SNCB

Cette affluence (ou « ruée ») est due en partie aux railpass qui avaient été distribués par la SNCB, d’une validité temporaire. Ces pass se terminaient en effet à la fin du mois de mars. Hier, donc. Et, les écoles étant fermées, bon nombres de parents ont saisis l’occasion de passer plus de temps en famille.

Par ailleurs, les commerces et restaurants seront fermés. Cela avait d’ailleurs mis en colère le bourgmestre de la ville de Middelkerke en Belgique. Il avait déclaré, il y a peu, qu’il comptait tout de même autoriser les restaurants à ouvrir. Quitte à se mettre dans l’illégalité d’une décision gouvernementale.

Il est vrai qu’un ras-le-bol du secteur de l’horeca va toujours grandissant. Nous l’avons vu avec l’opération escargot de ce mois de mars, où des restaurateurs bloquaient des autoroutes en roulant lentement. C’était protester contre les mesures sanitaires.

« Evitez d’aller à la côte » demande la SNCB

Cette ruée inquiète. La SNCB elle-même fait des annonces pour qu’il n’y ait pas trop de gens qui y aille, ce week-end, qui ouvre les vacances de Pâques en Belgique. « Pour des raisons sanitaires, nous vous demandons de bien vouloir opter pour une autre destination moins prisée. » C’est ce qu’on peut entendre dans les gares de la capitale, notamment à la gare du Midi, principal gare de Bruxelles.

Malgré l’appel de la SNCB de ne pas se rendre à la mer, le Hall de la gare de Bruxelles-Midi était noir de mondes et les trains bondés.