L’institution est déjà fortement critiquée par une partie de la population. Beaucoup par d’excès de zèle ou même de violences policières. Ici, il s’agit de viol dans la sphère privée, notamment. Cinq policiers de la zone Bruxelles-Ixelles ont été interpellés. Deux d’entre eux ont été relâchés après audition, les trois autres sont passés au parquet de Liège (là où ils résident), ce mercredi 3 février.

C’est une information qui ternit encore un peu plus l’image de la police. Les faits sont grave, car il est question de viol, entre autres choses. Cinq policiers de la police de Bruxelles, mais résidant à Liège, ont été interpellés. Ils font partie du service Trafic de la capitale belge.

C’est le parquet de Liège qui a été saisi de l’affaire. Après audition, deux des cinq policiers ont été relâchés. Les trois autres ont été confrontés au parquet, ce mercredi 3 février. Un juge d’instruction les a entendus. Ils ont dû répondre de faits de viol, d’attentat à la pudeur et de voyeurisme dans la sphère privée.

Une nouvelle ombre au tableau de la police bruxelloise

Ilse Van de keere, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ixelles, a déclaré : « Le chef de corps a demandé des informations complémentaires au parquet afin de pouvoir prendre des mesures adaptées ».

Actuellement, on n’en sait pas plus sur les faits et leurs circonstances précises.

Cette affaire s’ajoute aux critiques dont est l’objet la police de Bruxelles-Ixelles (entre autres zones de police du pays). Surtout suite aux multiples arrestations et à certaines violences dénoncées suite aux manifestations des 24 et 31 janvier. Un journaliste de Cité24 en avait été victime, et privé de liberté, parmi d’autres (vidéo).