Ce n'est pas la première fois que des policiers intimident et menacent ceux et celles qui les filment. Ici, à Bruxelles, ce dimanche 14 mars, ils s'en sont pris à un citoyen, journaliste de Cité24 qui plus est. Ils ont demandé la carte de presse, ce qui est illégal : les policiers ne peuvent que demander les documents officiels, de type cartes d'identité ou passeports. Ils s'en sont ensuite pris physiquement à lui, en essayant de saisir sa caméra...

Les faits se sont passés à Bruxelles, en début de soirée, ce dimanche 14 mars. Il était un peu plus de 20h. Un journaliste citoyen de Cité24 était en train de marcher rue Verbist, à Saint-Josse-Ten-Noode (commune populaire de Bruxelles).

Dans la vidéo, un contrôle a lieu. Notre journaliste a alors sorti par réflexe sa caméra, comme il est de coutume dans la profession médiatique.

Les policiers dans l'illégalité

Il a capté la scène. C'est là que les policiers ont décidé de s'approcher de lui. Ils lui ont d'abord intimé l'ordre d'arrêter de filmer. Ils se sont mis également à braquer une lampe de poche très puissante, manifestement pour éblouir l'objectif de la caméra.

Ils étaient environ cinq policiers à encercler le journaliste de tout côté, en le privant de liberté sans raison manifeste, d'après les images.

Le policier (vêtu d'un pull "Jack & Jones") ayant demandé la carte d'identité au journaliste de Cité24 a parlé au nom de la personne contrôlée. "Il n'est pas content que vous diffusiez peut-être sa photo", a dit l'agent. Or, aucune manifestation ou appel à ne pas filmer, n'avait été entendu de la part de l'homme initialement contrôlé.

Cela semblait davantage déranger le policier.

Ibrahima, tué par la police pour des faits similaires

Ce types d'actes policiers semble se répéter de plus en plus. C'est dans cette même zone de police qu'est décédé le jeune Ibrahima Barrie, une heure et demie seulement après son interpellation. La cause de son arrestation avait aussi été qu'il avait filmé un contrôle de police, au début du mois de janvier dernier.

C'est aussi dans la zone de police voisine, celle de Bruxelles-Ixelles, qu'était décédé de façon trouble le jeune Ilias Abbedou.

Plus récemment, à Liège, une femme avait été arrêtée et violentée par la police, aussi parce qu'elle filmait.

Fouillé pour voir s'il ne portait pas d'armes

Les policiers ne se sont pas arrêtés au simple contrôle d'identité. L'un d'eux en est venu aux mains, face au journaliste citoyen. Il s'est montré violent en tentant de saisir, tout aussi illégalement, sa caméra. Il a proféré des menaces en le pointant du doigt, d'un air sévère.

Tout d'un coup, on ne sait pour quelle raison, ce policier a décidé de contrôler le journaliste "pour voir s'il n'était pas porteur d'armes".

Il a finalement été arrêté.