Ce dimanche 11 septembre dernier, le « média citoyen », comme il se présente lui-même, de l’asbl Revivance a publié une vidéo sur les réseaux sociaux. On y voit Anne Lallemand, principale figure de l’asbl Revivance, s’exprimer sur divers sujets.

Elle y parle de son procès mais aussi des "critiques" faites à son encontre notamment par Fayçal (de Cité24) mais aussi par Vincent Flibustier (Nordpresse), Georges Cabay (militant antifasciste et « anti-conspi ») ou encore Euro Revo, lanceur d’alerte. Ce dernier a d’ailleurs épinglé Anne Lallemand sur le fait qu’elle dit être « transparente » mais que les commentaires sous sa vidéo sont bloqués ou encore que son adresse IP est cryptée. Il pointe aussi le fait que Revivance asbl prétend réaliser son travail via du bénévolat mais qu’elle fait tout de même des appels aux dons.

S'auto-proclamant "citoyenne reporter", Anne Lallemand est la principale figure de l’asbl (association sans but lucratif) Revivance, située en Belgique. Cette association se présente comme un "média citoyen" promouvant "l’éthique et les principes de la permaculture", dont les fondateurs sont Laurent Delsipexhe, Evelyne Flament et Michel Massart. Durant la crise du covid et du fait des mesures sanitaires qui avaient été instaurées, Laurent Delsipexhe, masseur érotique sous le pseudonyme de Julien et vidéaste amateur, publiait des "lives" sur Facebook en opposition à ces dernières.

L'équipe de Revivance avait aussi été cataloguée par des lanceurs d'alerte, de complotistes de QAnon, mouvance d'extrême droite venue des États-Unis, par une certaine part des commentateurs sur les réseaux sociaux, du fait notamment des personnes interviewées en lien avec la mouvance conspirationniste et de certains biais dans la façon de présenter les problématiques sociétales, comme ce fut le cas avec l'ancien président des États-Unis, Donald Trump.

Depuis, les mesures sanitaires ont été levées presqu’intégralement en Belgique (hormis dans certains endroits comme les hôpitaux). Mais Laurent Delsipexhe et Anne Lallemand se sont à présent lancés dans des théories de plus en plus folles en propageant des fausses informations à leur communauté.

C’est bien là le problème pour certaines personnalités qui pointent justement les incohérences et imprécisions ou erreurs (a minima, puisqu’ils utilisent des mots plus forts) ou les biais dans les propos d’Anne Lallemand. Elle se dit éveillée et non hypnotisée et appelle chacun à la rejoindre. Ce procédé pourrait faire penser à une dérive sectaire, le cas échéant, au moins dans sa formulation.

Pas si transparente que ça…

Anne Lallemand prétend que ladite association est « totalement transparente ». Pourtant, il a été remarqué par nos techniciens que l’adresse IP qu’elle utilise pour commenter nos articles sur notre site internet est cryptée. Ceci semble entrer en contradiction avec ce qu’elle prétend donc.

En outre, « ce que je fais, je le fais bénévolement (…) Je ne touche pas un euro de plus sur mon compte », explique Anne Lallemand dans sa vidéo (à la 13ème minute). Là encore, Euro Revo pointe le fait qu’elle appelle aux dons, via Paypal notamment. Pour ce dernier, cela semble étrange. D'ailleurs, l'absl Revivance ne publie pas ses bilants annuel sur son site internet, comme elle dans l'obligation légale de le faire.

À cela, Anne Lallemand a réagi. "Nous avons L'avenir qui nous attaque, nous avons LN24 et Euro Revo qui nous attaquent aussi. Euro Revo dépasse un peu les bornes d'ailleurs, puisqu'il prétend que notre asbl "soutirerait de l'argent". C’est ce qu’a également déclaré Anne Lallemand dans sa vidéo du 11 septembre dernier. Cité24 avait en effet détaillé le phénomène des influenceurs et autres médias qui se présentent comme citoyens et qui font des appels aux dons pour des projets qui ne se concrétisent par rien.

Anecdotiquement, le lanceur d’alerte Euro Revo a rapidement répondu sur sa page Facebook, en faisant savoir qu’il était surpris d’être comparé à des médias comme l’Avenir ou LN24.

« Prête à échanger avec ceux qui nous vomissent dessus »

Dans sa même vidéo live, Anne Lallemand a expliqué qu’elle était prête à échanger avec Euro Revo, Vincent Flibustier (du site Nordpresse), Fayçal Cheffou (de Cité24) et même avec le journal l’Avenir. « Je suis prête à échanger avec ceux qui nous vomissent dessus », explique-t-elle, en citant ces mêmes personnes mais aussi Georges Cabay, le militant antifasciste et « anti-conspi » (sic).

Elle déclare qu’elle ne voit pas « ces gens-là » sur le terrain (elle cite l’envoi des courriers aux politiques pour l’enseignement alternatif, etc.).

De ce fait, Cité24 s’inscrit en faux, preuve à l’appui de ces nombreux reportages publiés en ligne sur diverses problématiques sociétales, depuis la crise du covid jusqu’aux violences policières en passant par le harcèlement scolaire.

Les théories d’Anne Lallemand et par extension de Revivance asbl

Dans la deuxième partie de la vidéo du 11 septembre (à partir de la 19ème minute), Anne Lallemand déclare : « Je suis très « énergie » (…) dans l’esprit des énergies, du développement personnel ». Elle déclare que nous « vivons dans un monde d’énergies négatives » (peut-être du fait des réactions des personnes qui la critiquent citées plus haut).

De là, Anne Lallemand tient un discours, au détour de quelques phrases, de « vibrations qui viennent de la terre en ce moment ». Elle ajoute, « peut-être que nous avons un combat à mener dans une autre dimension ».

Elle emprunte des concepts scientifiques bien définis comme l’électromagnétisme ou d’autres de la physique quantique pour façonner des concepts comme la « résonnance » ou le « bien-être ».

Ces procédés sont bien connus des zététiciens comme ceux de La Tronche en biais, qui débunkent fréquemment les discours de ce type, incohérents scientifiquement parlant.

Anne Lallemand en live sur la page Facebook "Revivance".

Anne Lallemand pratique-t-elle le harcèlement ?

Par ailleurs, un lanceur d’alerte (que nous ne nommerons pas pour sa sécurité) a expliqué qu’Anne Lallemand était venue chez lui, le mercredi 9 mars 2022 à 11h29. Cette dernière avait laissé un mot pour signifier de son passage.

Le lanceur d’alerte n’y avait pas donné suite, car il était « à l’hôpital à ce moment-là ». Il avait tout de même été étonné d’un tel acte, « Nous retombons dans les méthodes des néo-nazis ? », ce questionne t-il. Voulait-elle entrer chez lui ? Pour discuter ? Si oui, de quoi ? Ces questions restent toujours sans réponse à ce jour.

Le lanceur d’alerte ajoute : « Elle m'[avait] téléphoné, et je crois qu'elle [mélangeait] Euro Revo et Georges Cabay. Manifestement cette dame n'a pas toutes frites dans le même sachet ». Il conteste ces façons de faire. « Si cette dame désire se faire attribuer le titre de journaliste, il faudrait déjà qu’elle respecte la charte », ajoute le lanceur d’alerte.

Pendant l’échange téléphonique, Anne Lallemand disait qu’elle voulait des explications quant à des commentaires Facebook que ce dernier avait posté à son sujet.

Enregistrement téléphonique entre Anne Lallemand et le lanceur d'alerte.

Selon le lanceur d'alerte, cette méthode de venir à domicile relèvent « de l’intimidation » (sic) et font penser à celles des QAnon ou encore de Marc Bazin et Olivier Leboutte, tout deux membres d'un parti politique d'extrême droite, "Indépendant Citoyen". D’ailleurs, « cette dame a participé à des manifestations auprès de l’extrême-droite », dit-il enfin.

Une capture de la vidéo est disponible, devant l’immeuble du lanceur d’alerte, où l’on voit Anne Lallemand, clairement identifiable. C’était donc en mars 2022.

"Procès pour non-port du masque covid"

Anne Lallemand a d’ailleurs fait état de poursuites judiciaires, non pas pour cette affaire, mais pour ne pas avoir porté le masque là où il était obligatoire. Dans sa vidéo, elle en a touché un mot, en sortant la carte de la « loi Niqab » qui interdit de se voiler le visage, ainsi que de son inconstitutionnalité.

Son procès aurait été reporté. Il est à noter, enfin, qu’Anne Lallemand semble avoir des contacts avec la mouvance conspirationniste de QAnon. Certains ont noté qu’elle est notamment proche des propagandistes de Vécu, et de son représentant belge Joshua Malaise (également connu pour ses positions contre les mesures sanitaires).

Ce conspirationnisme, qui débouche sur une forme de charlatanisme est justement ce qui pose problème à ceux qui la critiquent.