Des salariés qui travaillent chez le géant de la livraison Amazon ont opté pour le syndicat des Gilets Jaunes. Toutefois, au sein du plus gros entrepôt de la multinationale de France, à Lauwin-Planque, ce syndicat subit des tentatives de muselage. Cela vient de la direction, explique un responsable syndical, mais aussi de la part d'autres syndicat. "On a tenté de nous retirer des listes", explique un membre du syndicat des Gilets Jaunes, sur sa page Twitter.

Alors qu'il était venu à une réunion, à l'entrepôt de la société de livraison multinationale Amazon, le représentant du syndicat des Gilets Jaunes a réalisé une vidéo courte. Dans celle-ci, il explique que la direction du site de Lauwin-Planque (France) lui a de prime abord demandé de retirer son gilet jaune. Ce qu'il a refusé, manifestement. Puis elle a accepté, finalement. Jusque-là, il n'y a donc pas eu de problème majeur.

C'était sans compter la réaction des autres syndicats déjà présents sur ce site industriel. Pour ce travailleur qui représente le syndicat des Gilets Jaunes, le scandale vient davantage de cela que de l'attitude de la direction d'Amazon. Et il l'a fait savoir, face caméra, dans une vidéo publiée sur la page Twitter du syndicat GJ.

Manque de solidarité syndicale ?

Par ailleurs, il explique : "On m'a demandé d'arrêter de présenter mon syndicat sur le site" (de l'entrepôt - ndlr). "C'est une entrave syndicale, mais ça c'est pas grave", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, ce représentant syndical des Gilets Jaunes déclare que les autres syndicats, qu'il ne semble pas porter dans son coeur, se sont aussi opposé à lui. En effet, il dit : "la direction a accepté, contrairement aux autres syndicats".

Il a terminé sa vidéo en prononçant le slogan connu et emblématique : "Force et honneur". Il a fait savoir en outre qu'il allait continuer le combat pour défendre les travailleurs d'Amazon.