La situation est critique en Allemagne, selon les autorités politiques du pays ainsi que pour leurs scientifiques. C’est la raison pour laquelle, le gouvernement envisage un éventuel reconfinement dans tout le pays. Le taux d’incidence au-dessus du covid se situe au-dessus de 100. La décision définitive n’a pas encore été prise mais la chancelière allemande Angela Merkel ne ferme pas la porte à cette possibilité, qui serait lourde de conséquence, par ailleurs.

« Le système de santé est soumis à une pression menaçante », c’est en tout cas ce qu’a déclaré le gouvernement piloté par le biais de la chancelière Angela Merkel.

En effet, ce mercredi 7 avril, le taux de contamination du covid a atteint le 110,1%. Or, d’après Ulrike Demmer, la porte-parole du gouvernement fédéral allemand : « Revenir à moins de 100, ce serait la solution pour soulager les hôpitaux« .

« Le système de santé national est sous pression »

Toujours d’après les dires d’Ulrike Demmer, « le système de soins de santé est sous forte pression« . La crainte de saturation des hôpitaux, comme c’est arrivé par le passé en Allemagne comme dans de nombreux pays d’Europe et du monde est redoutée.

Ainsi, cette demande de « resserrer la vis » est arrivée sur la table du gouvernement, et se pose très sérieusement. Cette requête émane de plusieurs personnes politiques. La décision n’a toutefois pas encore été prise par le gouvernment et la chancelière Angela Merkel.

« 300 décès en 24h », explique le gouvernement allemand

Le nombre de patients aux soins intensifs aurait augmenté de 5% en une journée, d’après la porte-parole du Gouvernement. « Il y a eu plus de 9600 cas recensés et près de 300 décès en 24h » a-t-on peu apprendre (d’après les chiffres de l’institut Sanitaire Robert Koch). « Il faudrait que ce nombre soit inférieur à 100 », dit Ulrike Demmer.

« Cette augmentation serait-elle dû au long week-end Pascal ? », s’est demandé cette dernière. En tout cas c’est ce que pensent certains hommes politiques du pays qui ont lancé l’appel à un lockdown sur le territoire national.

Armin Laschet veut « deux à trois semaines » de verrouillage

Un des candidats potentiel à la succession d’Angela Merkel, Armin Laschet a plaidé pour un reconfinement de 2 à 3 semaines. Quant aux écoles et garderies, il est resté flou sur ces demandes.

Néanmoins Ulrike Demmer a surpris dans les rangs conservateurs. En effet, même Armin Laschet, qui dirige la région la plus peuplée, la Rhénanie du-nord-Westphalie, défendait jusqu’ici une ligne moins restrictive qu’elle.

Décision la semaine prochaine ?

La chancelière et les 16 régions doivent se retrouver lundi 12 avril pour négocier d’éventuelles nouvelles mesures. Armine Laschet plaidait pour que cette réunion soit avancée dès cette semaine mais cette proposition n’a pas rencontré de « majorité » auprès des autres Länder, selon Ulrike Demmer.