Ce mardi 6 avril, les citoyens des Etats-Unis d’Amérique en ont eu la confirmation par la Maison Blanche, elle-même. Qu’importe l’Etat dont ils sont originaires ou où ils vivent, ils ne devront pas se munir de passeports vaccinaux covid. Cela veut dire qu’il n’y aura pas de base de données sur les personnes ayant reçu le vaccin contre le coronavirus. Du côté de Washington DC, on a argumenté sa décision en disant que cela pourrait être un facteur de discriminations entre les citoyens du pays.

C’est à présent officiel, depuis le mardi 6 avril dernier. En effet, l’Etat fédéral US, via la Maison Blanche, a garanti que les passeports sanitaires ne seront pas imposés aux citoyens américains.

Lla porte-parole de la Maison Blanche, Jen Psaki, s’est exprimée. « Le gouvernement ne soutient pas, et ne le soutiendra pas, un système qui demanderait aux Américains d’avoir un certificat« .

Pas de base de données des personnes vaccinées

Jen Psaki a ajouté : « Il n’y aura pas de base de données fédérale sur les vaccinations, ni d’obligation fédérale exigeant à tous d’obtenir un certificat de vaccination« . C’était lors de sa conférence de presse du 6 avril.

Cette décision ne satisfait pas vraiment les organisateurs d’événements, les responsables de spectacles ou de stade de sports. Ils espéraient cela pour pouvoir s’en servir afin de recevoir en leur sein un grand nombre de personnes sans risque sanitaire. Ils devront s’en passer.

Discriminations possibles

L’idée de passeports vaccinaux a suscité de vives critiques dans la société américaine et au sein de la classe politique. Certains ont estimé que cela pouvait conduire à des discriminations. Washington en a tenu compte, manifestement.

« Du côté du gouvernement fédéral, notre intérêt est simple, et c’est que les données personnelles et les droits des Américains doivent être protégés, et donc que ces systèmes ne soient pas utilisés contre les gens de façon injuste« . C’est ce qu’a affirmé Jen Psaki.

En France, il y a environ 3 mois, les passeports vaccinaux étaient aussi fortement critiqués, notamment de la part d’avocats. Les avocats au Barreau de Paris Arnaud Durand et Christophe Lèguevaques l’avaient écrit. « En ces temps de crise sanitaire, notre prudence collective est de mise: les citoyens, les professionnels de la santé et les avocats doivent rester vigilants quant au respect de notre régime démocratique. »

Par ailleurs, de par le monde, différents pays ont mis en place ou envisagent d’instaurer un « passeport » sanitaire, eux. Ce document montrera si un individu a été vacciné contre le Covid-19 ou non. Cela permettra de faciliter la reprise des grands rassemblements et des voyages. C’est le cas en Israël, par exemple, un Etat qui a été durement touché par la crise du covid, y compris du côté palestinien.

« Tous les adultes des différents Etats devront pouvoir être vaccinés dès le 19 avril »

Ci-dessous la retransmission vidéo (en anglais) de la conférence de presse donnée par la porte-parole de la Maison Blanche. Elle ne traite pas uniquement des passeports vaccinaux. Il y est aussi question de la deadline fixée par Washington. Les différents Etats devront donc en date du 19 avril pouvoir garantir à tous leurs ressortissants adultes de pouvoir se faire vacciner contre le covid.