La Belgique était, il y a plusieurs semaines, considérée comme un « mauvais élève » au niveau européen en termes de vaccination. Ce n’est plus le cas en cette mi-avril. Elle fait partie des 10 pays qui ont le plus vaccinés sur le vieux continent. Toutefois, pour le délégué général du covid en Wallonie (Belgique), ce n’est pas encore assez. « Il faut se faire vacciner », a-t-il déclaré à l’intention des francophones du pays. Au jour où le vaccin Johnson&Johnson, suspecté, comme AstraZeneca, de provoquer des thromboses, il déclare qu’il n’y a aucun risque probant de cause à effet.

Cette augmentation rapide de personnes ayant reçu au moins une dose de vaccins a des explications. Il y avait déjà le fait que le ministre de la Santé du gouvernement fédéral belge, Frank Vandenbroucke, avait décidé de maintenir les vaccinations à l’AstraZeneca. Ce vaccin est controversé pour ses dangers potentiels de thromboses, comme l’avaient révélé des chercheurs norvégiens. Il n’en avait pas tenu compte, tout comme, d’ailleurs, l’Agence européenne des médicaments (EMA).

Il n’y avait donc pas eu de baisses des commandes. Il y a même eu une augmentation de celles-ci, récemment. « Pour donner une idée, au premier quadrimestre, on avait 50.000 vaccins pour la région wallonne par semaine. Depuis le 15 mars, nous sommes à un bon 100.000 doses par semaine. Et donc évidemment, la vaccination a pu accélérer« . C’est ce qu’a déclaré le délégué général Covid-19 pour la Wallonie, Yvon Englert.

Encore plus de vaccins à la fin mai

Par ailleurs, les livraisons de vaccins vont encore augmenter fin mai, de façon massive. « On nous annonce que la période de juin va être une nouvelle période d’accélération avec davantage de vaccins. On va devoir aménager nos campagnes de vaccination. Il va sûrement devoir vacciner 7 jours sur 7, utiliser nos hôpitaux et actionner nos médecins généralistes pour vacciner rapidement mais pour le moment ça n’est pas encore le cas ». C’est ce qu’a expliqué Christie Morreale, la ministre wallonne de la Santé.

« Aucun lien entre vaccin et thromboses », selon lui

Ce lundi 12 avril, le vaccin Johnson&Johnson arrive en Belgique. Il est fortement boycotté aux USA, du fait de 4 cas de thromboses chez des patients vaccinés avec ce dernier. Il rencontre une opposition en Europe aussi.

Pour Yvon Englert, il n’y a « aucun souci ». « La science dit qu’il n’y a pas d’inquiétude particulière à avoir. Il y a eu un rapport de la FDI qui analyse les thromboses identifiées et qui, pour le moment ne montre aucun lien ».

De plus, il a déclaré qu’il existe « des centaines de thromboses tous les jours dans le monde ». « Je crois qu’on doit faire comme jusqu’à présent, c’est-à-dire être extrêmement attentif. Le système de surveillance a très bien fonctionné pour AstraZeneca et donc je crois qu’il faut faire confiance à ce système« , ajoute le délégué général Covid-19 wallon.

 « Il faut se faire vacciner »

Le délégué covid pour la Wallonie a lancé une invitation à la population pas encore vaccinée. « Je relance un appel à tout le monde. Il faut se faire vacciner« , a-t-il dit. « Et c’est comme ça qu’on pourra s’en sortir. Si on a une couverture suffisante, on pourra retirer les gestes barrières pour l’automne« . Il espère en outre que tous les belges de plus de 65 ans seront vaccinés dès la fin avril.