Le collectif Belgium United For Freedom (BUFF) organise une troisième manifestation contre le pass sanitaire, rassemblant plusieurs militants d'extrême-droite. Celle-ci se tiendra ce dimanche après-midi dans les rues de Bruxelles.

Invité par le collectif BUFF, le député Robert B. S. Roos, chef de la délégation du parti de droite radicale néerlandais JA21 au Parlement européen, devrait être présent lors de cette nouvelle manifestation antipass sanitaire, ce dimanche 19 décembre à Bruxelles.

Le porte-parole de Belgium United fo freedom, Sarkis Simonjan, cet ancien steward belge licencié récemment par Ryanair, reprend depuis 2020 la gestion du collectif, porté par son fondateur Alex Le Complotiste (surnom).

Un parti radical opposé à l'immigration

Le groupe Belgium United for Freedom avait organisé une manifestation antipass sanitaire le dimanche 5 décembre, surfant sur celle du 21 novembre à Bruxelles. Des manifestions rassemblant de nombreux militants et d'organisations politiques d'extrême-droite.

Quant au mouvement du parlementaire Rob Roos, JA21, c'est un parti radical à l'idéologie libérale-conservatrice, qui défend un populisme de droite prônant une opposition virulente à l'immigration, tant au niveau national qu'européen.

Lire aussi : « L’extrême-droite a bien organisé la manif’ de dimanche à Bruxelles »

Qui se cache derrière l’organisation de ses manifestations ?

Erza Armayke qui se présente comme « Samen voor Vrijheid » mais qui est membre du groupuscule néofasciste flamand Feniks était aussi présent au coté de Sarkis Simonjan à la manif contre le pass sanitaire du 5 décembre à Bruxelles.

Sarah Melis, également de Feniks et proche de Dries Van Langhenove, président du groupe néo-nazi Schild & Vrienden et membre du parti d'extrême droite Vlaams Belang, se joignait à l'organisation.

Convergence de l'extrême-droite flamande et wallonne ?

On a pu aussi observer la présence très importante de Civitas, ce parti politique de catholiques intégristes, plus actif en France qu'en Belgique. Cette organisation est présidée par Alain Escada (cofondateur du Front nouveau de Belgique (FNB), ex-FN, Nation,…).

Ainsi on reconnait également Christian Terhes, parlementaire nationaliste roumain au premier rang de la manifestation et du fondateur du parti Droits et Libertés de Paolo Criscenzo, ex-porte parole du parti United People.

Ce parti est présidé par Frédéric Baugniet (dit "Fred Panpan Bonnier"), un ami du docteur David Bouillon qui était lui aussi membre de ce parti aux quatre présidents. Ex-membre du mouvement "Mons en Mieux" (ERM) mené par l’actuel Président du MR Georges-Louis Bouchez, il avait quitté ce mouvement à la veille des élections fédérales de mai 2019 pour rejoindre Les Listes Destexhe. Baugniet avait revendiqué sur Facebook être islamophobe. Ce qui aurait généré ainsi le départ des deux autres membres du parti, Paolo Criscenzo et David Magri. Le Dr Bouillon aurait quitté le parti par la suite.

Poursuivi pour incitation à la haine

Une instruction judiciaire a été ouverte après la diffusion, le 5 septembre 2018, d'un reportage choc de la VRT dévoilant l'existence de groupes de conversation fermés créés par Schild & Vrienden. Sur ces plateformes, les membres de ce mouvement de jeune néofasciste s'échangeaient des messages racistes, antisémites, islamophobes ou glorifiant la violence.

En juin 2019, un juge d'instruction de Gand a finalement auditionné et inculpé le leader de Schild & Vrienden d'infractions à la loi réprimant les faits de négationnisme, le racisme ainsi qu'à celle portant sur les armes. Dries Van Langenhove a conservé sa liberté sous conditions. Une des conditions le contraint à effectuer une visite guidée de la caserne Dossin, le mémorial et musée sur l'holocauste et les droits de l'homme situé à Malines.

Théo Francken appelait à la marche du 21 novembre

Les menaces et messages appelant à la haine ne nous empêcheront pas d’identifier l’extrême-droite. Par exemple, des sites nationalistes racistes flamands, comme Doorbraak où écrit régulièrement le député du parti nationaliste flamand N-VA,  Théo Francken, appelaient à la marche du 21 novembre.

Le collectif Viruswaanzin qui est un groupe d’indépendants et d’entrepreneurs largement soutenu par l’extrême-droite flamande est un des organisateurs de la manifestation. Parmi ceux-ci, il y a également d'autres nationalistes flamands et des co-organisateurs du Vlaams Belang comme Jimmy Wenmeekers.

Lire aussi : Arrestation dans le cadre de la manifestation du 21 novembre 2021 (VIDÉO)

Marcher avec l’extrême-droite à ses côtés est une mauvaise idée

De nombreuses personnes considèrent avoir été trompées par les organisateurs lors de ses manifestations, notamment celle du 21 novembre. Pourtant, il y avait des logos d’extrême-droite assumés sur les affiches, et nous étions nombreux à avoir essayé d’alerter l'opinion sur le danger que représente ses groupuscules.

Accepter de marcher avec l’extrême droite à ses côtés est un point de non-retour. En effet, il y a un monde de différences entre une manifestation où quelques racistes sont présents et une manifestation organisée par des partis politiques et mouvements racistes. Si l’extrême-droite parvient à récupérer le mouvement de protestation anti pass aussi facilement en Belgique, c'est plus que probablement parce qu'’ils s’y sentent bienvenus. Et il serait peut-être temps de se demander pourquoi.