Ces 1er et 2 avril qui viennent, la zone de police de Bruxelles-Ixelles sera mobilisée au Bois de la Cambre. Philippe Close, le bourgmestre de Bruxelles qui s’est montré répressif envers les Bruxellois récemment, remet le couvert. Suite à une annonce anonyme, via Facebook, d’un event baptisé “La Boum” par ses auteurs, il a pris les choses au sérieux. Cette annonce est un faux événement, qui serait soi-disant organisé avec des DJ de renom international. En réalité, il n’en sera rien mais le bourgmestre craint un réel rassemblement.

Cette annonce de « Boum » est un faux événement, résultant d’une annonce anonyme. Les forces de police l’ont rappelé par voie de presse et sur les réseaux sociaux. Cet événement non autorisé est un “fake”. Le bourgmestre de Bruxelles Philippe Close n’a pas caché l’existence d’un risque d’un réel rassemblement, tout de même.

Ainsi, des policiers seront présents. La police sanctionnera tout rassemblement effectif, a-t-il été dit, à la séance du conseil communal. Philippe Close, le bourgmestre, a demandé que l’on pense aux forces de l’ordre. « Elles ont beaucoup de travail et sont soumises à des tâches complexes dans le contexte de la pandémie« . C’est ce même Philippe Close qui envoyait des policiers pour des rassemblements de personnes dispersées au Mont des Arts. C’est lui aussi qui ne s’était pas opposé aux violences policières contre les jeunes par la police, il y a quelques semaines. Ou encore qui interdit la consommation d’alcool dans les rues de Bruxelles, s’attaquant ainsi indirectement mais surement aux SDF.

Il y a quelques jours, Philippe Close avait justifié une arrestation d’une journaliste citoyenne (Muriel Hubin). C’était au motif de non respect des normes sanitaires.

Poursuite en justice contre les annonceurs de ce faux event par le bourgmestre de Bruxelles

Le bourgmestre de la Ville de Bruxelles, Philippe Close, est connu pour sa répression en temps de pandémie. Au sujet de ce faux rassemblement, il n’est pas resté de marbre dans la surenchère policière. Il a ajouté qu’il contacterait le parquet pour voir si des démarches pouvaient être entreprises à l’égard des auteurs des annonces anonymes sur les réseaux sociaux.

Ce lundi 29 mars, la police de Bruxelles a du démentir avoir procédé à des arrestations dans le cadre de l’annonce de ce festival qui n’aura pas lieu. En effet, après la diffusion d’informations dans ce sens sur Facebook, elle n’a pu ignorer cette rumeur. « Ce sont aussi des fake news », a dit la police de Bruxelles. Elle a ouvert une enquête.