Ce samedi 20 mars, avait lieu un rassemblement contre l’instauration de l’onde 5G en Belgique. Au cours de cet événement, une militante mais aussi journaliste citoyenne pour le média indépendant Kairos a été arrêtée par la police de Bruxelles-Ixelles. Le bourgmestre Philippe Close est déjà connu pour ne pas avoir soutenu les jeunes mineurs qui se sont faits arrêter par la police au début de l’année. Ceux-ci avaient pourtant été violenté sévèrement par la police de Bruxelles. Ici encore, il justifie l’arrestation d’une militante.

Cela s’est produit dans le courant de l’après-midi, aux abords de la gare centrale de Bruxelles. Un rassemblement contre la 5G avait été organisé par le collectif Stop5G. Il y était question des préoccupations autour de cette nouvelle onde de téléphonie mobile, notamment en termes environnementaux et sanitaires.

Cité 24 couvrait l’événement sur place, directement. Mais Cité 24 n’était pas le seul média indépendant à être venu faire un live vidéo. Il y avait aussi Kairos, via la militante et journaliste citoyenne Muriel Hubin. Cette dernière s’est faite arrêter manu militari par la police non loin des arrêts de bus de la gare. 

Voici deux vidéos de la scène en question.

Philippe Close justifie l’arrestation de Muriel Hubin

Certains autres citoyens ont pris l’initiative d’écrire au bourgmestre Philippe Close. Ils désiraient en savoir plus au sujet de la journaliste citoyenne.

Ce dernier a répondu, en retour d’email, qu’il estimait que les forces de l’ordre avaient bien agi. Il a écrit qu’en cette période de crise sanitaire, « le travail des forces de l’ordre est difficile (…) Il y a plus de 1000 manifestations à Bruxelles par an ».

Le ton était donné, déjà. Il a expliqué que la police était dans son droit, conformément à loi.

Il a ajouté que Muriel Hubin troublait l’ordre public du fait de son « non respect des règles sanitaires ». Il a écrit : « En plus des risques de perturbations de l’ordre public au sens strict, le comportement de madame Hubin mettait également en danger la sécurité sanitaire, et ordre public au sens large. »

Sur les réseaux sociaux, Muriel Hubin a reçu de nombreux soutiens. Il faut rappeler que les violences policières dans la zone de Bruxelles sont assez fréquentes et fréquemment dénoncées.

Muriel Hubin a été remise en liberté, en soirée, ce même samedi 20 mars.

Voici la vidéo dans laquelle Muriel Hubin revient sur les faits.