Les faits se sont produits après le rassemblement du 1er avril au bois de la Cambre, à Bruxelles. Ce jour-là, des jeunes (majoritairement) s’étaient rassemblés suite à l’annonce d’un event sur les réseaux sociaux. Il s’est avéré que celui-ci était une blague, mais cela n’a pas empêché le rassemblement. La police a réprimé durement le rassemblement. Des personnes ont été piétinées par des chevaux de policiers cavaliers. Mais ce n’est pas tout, manifestement. Une nouvelle violence a eu lieu dans le commissariat sur un jeune. Il a reçu des coups de pieds et, assis par terre, un policier lui a mis ses genoux dans le dos, de tout son poids.

Le rassemblement des jeunes le 1er avril fait encore parler de lui. Les violences policières de cette fin de journée avaient été dénoncées par de nombreuses personnes, présentes ou non, ce jour-là. C’était au bois de la Cambre, à Bruxelles.

La police bruxellois gérée par le bourgmestre Philippe Close (connu et pointé du doigt par certains pour sa tolérance envers les violences policières) n’y avait pas été de main morte. Un syndicat de police avait même écrit au bourgmestre pour lui signifier ce problème.

Ce 1er avril donc, de nombreuses personnes avaient été gazées, d’autres ont été piétinées par la police. Les images avaient choqué la toile. Voir vidéos.

Parmi ces violences, l’une s’est produite au commissariat de Bruxelles. Ce sont des jeunes, arrêtés également, dans un fourgon qui ont filmé la scène.

Genoux appuyés avec force dans le dos du jeune

Dans cette vidéo, on voit un jeune, au pied du fourgon où se trouvent les jeunes qui filment. Ceux-ci semblent scandalisés par ce qui se passe sous leurs yeux. Ils alertent même les policiers de cela.

Ils voient ce jeune se faire frapper de coups de pieds et malmener par un policier, manifestement déterminé de s’acharner sur lui. Ce policier n’a pas remarqué qu’il était filmé. Cela aurait pu coûter cher à ces autres jeunes qui enregistraient une vidéo, lorsque l’on sait ce qui est arrivé à Ibrahima ou à un journaliste de Cité24.

Après les coups de pieds, le policier à l’extérieur du véhicule où se trouvent les jeunes qui filment, a continué dans la violence. En effet, on voit ce dernier mettre ses genoux, de tout son poids dans le dos du jeune, toujours assis par terre. Cela dure un certain temps.