Ce lundi 12 avril, le vaccin Johnson&Johnson arrive sur le territoire belge. Pas moins de 36.000 doses ont été commandées par les autorités sanitaires. Les vaccinations avec ces doses du labo américain ne débuteront que dans quelques jours, pour des raisons de processus administratif. Ce vaccin, tout comme AstraZeneca, a été boycotté par nombre d’américains récemment. En effet, il est suspecté de créer des thromboses. Pour les autorités belges, le lien entre vaccin et caillots sanguins n’est pas avéré.

Le vaccin du laboratoire américain Johnson&Johnson arrive ce lundi 12 avril sur le sol belge. Il a été commandé par les autorités gouvernementales. Pas moins de 36.000 doses seront donc livrées aujourd’hui même.

Néanmoins, il devra être soumis à des tests, comme par exemple, une simulation vaccinale. Ceci pourra prendre quelques jours. Au plus tôt, les premières personnes vaccinées par Johnson&Johnson le seront mercredi 14 avril.

Un vaccin proche d’AstraZeneca

Le vaccin Johnson&Johnson fonctionne grâce à un procédé similaire à celui fourni par la firme AstraZeneca (aujourd’hui nommée Vaxzevria, depuis les polémiques sur les thromboses).

Le vaccin du labo américain tout comme AstraZeneca utilise ce qu’on appelle un adénovirus par vecteur. Cela signifie qu’il se calque sur l’attaque d’un autre virus pour lutter contre le coronavirus.

Polémique autour des thromboses

Aux USA, quelques cas de thromboses, parfois mortelles, ont été notées chez des personnes qui venaient d’être vaccinées par Johnson & Johnson.

Pour le porte-parole covid interfédéral des gouvernements belges, Yves Van Laethem, il n’y a pas de souci.

« Le signal que l’on a pour l’instant de 3 ou 4 cas au Etats-Unis essentiellement pourrait être l’indice que c’est la plateforme même, cet adénovirus non réplicatif qui pose problème et qui induirait ce phénomène. L’EMA (L’Agence européenne des médicaments ndlr) est en train de voir si c’est un véritable signal qu’il faut mettre à égalité avec celui d’AstraZeneca ou si l’on a affaire à quelque chose d’autre, éventuellement et on l’espère moins fréquent ».

Aujourd’hui, en Belgique, plus d’un adulte sur 5 a reçu une première dose de vaccin. Moins de 7% se sont fait administrer les deux doses. 

Ce 4ème vaccin s’ajoutera à ceux produits par l’américain Pfizer et le labo allemand BioNTech (plus de 1,8 million de doses déjà livrées à la Belgique), du groupe britannico-suédois AstraZeneca (823.000) et de l’américain Moderna (334.800 doses).